Les jeunes voient leur avenir dans l’entrepreneuriat

L'entrepreneuriat des jeunes
Les jeunes voient leur avenir dans l’entrepreneuriat

L’entrepreneuriat apporte de nouvelles solutions, fournit des emplois, augmente la demande sur le marché,crée de la concurrence qui se traduit par une offre de biens et services encore plus qualitative et plus avantageuse pour le consommateur. L’entrepreneuriat est source de revenus autant pour les entrepreneurs que pour l’Etat. Mais contrairement à l’idée reçue qui veut que l’entrepreneuriat soit réservé aux personnes ayant cumulé de longues années d’expérience professionnelle, rien n’empêche les jeunes porteurs d’idées novatrices et de projets ambitieux d’oser, eux aussi, l’entrepreneuriat. Pour ce faire, ils doivent bien évidemment croire en leur projet et avoir confiance en eux-mêmes. D’autres objectifs et compétences peuvent également entrer en jeu, comme le besoin d’être indépendant financièrement, voire l’ambition d’être riche, pourquoi pas ?! The Why Not Factory, incubateur du Groupe IGS, ou encore la formation Entrepreneur-Dirigeant, sont des exemples parmi tant d’autres qui reflètent l’engagement et les mesures entreprises par le CFA IGS en faveur des étudiants entrepreneurs dans l’objectif de développer et concrétiser leurs idées entrepreneuriales.

 

Qu’est-ce qu’un entrepreneur ?

 

La question mérite d’être posée. Un entrepreneur est avant tout une personne pourvue d’une grande ambition et qui a le courage de prendre l’initiative de concrétiser un projet de création d’entreprise dans l’objectif d’être indépendant financièrement et de pouvoir vivre pleinement ses ambitions professionnelles. Vous l’aurez compris, l’entrepreneur est un individu qui aime la liberté, et pour cause ! L’entrepreneuriat offre la possibilité de choisir ses propres heures de travail, pratiquer des hobbies et des loisirs, concrétiser des rêves d’enfant, etc. Et pour être libre, l’entrepreneur audacieux n’hésite pas à saisir les opportunités qui se présentent à lui.

Un véritable entrepreneur ne pense pas seulement à l’argent, même si cela reste important bien sûr, mais aussi au développement de sa société, à l’épanouissement de ses salariés, à la protection de son environnement et des ressources naturelles, etc. Bref, en plus de vouloir être libre et indépendant financièrement, un entrepreneur réussi est censé avoir des principes et une philosophie de vie, tout en étant ouvert d’esprit, respectueux des opinions d’autrui et à l’écoute. On voit mal un entrepreneur qui refuse de communiquer et qui campe sur ses positions en refusant de faire la moindre concession. Car l’art d’entreprendre, c’est également celui de savoir concilier chiffre d’affaires et humanisme, et préférer la voie de la modération dans la gestion des affaires de l’entreprise, sans verser dans le laxisme.

Réussir en tant qu’entrepreneur ne dépend bien évidemment pas du hasard, car il faut travailler dur pour réussir, être créatif, organisé, méticuleux, imaginatif, innovant, avoir le sens des affaires, etc. Il ne faut pas craindre les démarches administratives, la comptabilité, la négociation… Mais il faut garder à l’esprit que toutes ces compétences s’apprennent et s’aiguisent au fil du temps. Il faut juste se mettre en projet avant de se lancer et développer l’esprit d’entrepreneur. C’est-à-dire qu’il faut prendre le temps d’étudier son projet, sa faisabilité, les moyens de financement possibles, le temps nécessaire pour atteindre la rentabilité, etc. Bref, tout est question d’organisation et de préparation préalable.

Lorsqu’ils réussissent, les jeunes entrepreneurs deviennent des exemples à suivre par leurs pairs, qui sont nombreux à exprimer leur désir de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Selon une étude menée par OpinionWay pour l’Union des auto-entrepreneurs et dont les résultats ont été rendus publics à l’occasion de l’édition 2018 du salon des entrepreneurs, 46% des jeunes de 18-24 ans souhaitent entreprendre. Outre les nombreuses success-stories qui donnent envie aux étudiants de franchir le pas, ce constat s’explique par la démocratisation de l’entrepreneuriat au cours des 25 dernières années. Les jeunes se sont affranchis de la notion de filiation et l’entrepreneuriat n’est plus, aujourd’hui, l’apanage des seuls artisans dont les savoir-faire et les capitaux se transmettent de père en fils.

 

The Why Not Factory, l’incubateur des jeunes entrepreneurs

 

Ce n’est pas un hasard si l’Entrepreneuriat, au même titre que l’Humanisme et le Professionnalisme, est l’une des trois valeurs fondatrices du Groupe IGS. Ce dernier est animé par la volonté d’accompagner ses apprenants, de manière à ce qu’ils puissent concrétiser leur ambition créatrice et entrepreneuriale et mettre à exécution leurs idées et leurs projets innovants visant à changer la société du XXIe siècle.

Selon Antonin Bernard, Facilitateur à la Why Not Factory, il s’agit “d’un espace de coworking où on accompagne les étudiants dans la réussite de leurs projets entrepreneuriaux” avec “une équipe de coachs qui les suit au quotidien”.

Le CFA IGS invite ses apprenants à rejoindre The Why Not Factory, l’incubateur du Groupe IGS, qui ambitionne de permettre à chaque apprenant de conjuguer formation, apprentissage et entrepreneuriat, dans l’objectif de jeter les bases d’un projet d’entreprise viable. Pour leur donner confiance dans leurs idées, les apprenants bénéficient de nombreuses ressources au sein de The Why Not Factory :

  • un écosystème entrepreneurial ;
  • un suivi individualisé ;
  • des séances de coaching ;
  • des ateliers de travail collaboratif, etc.

En à peine quelques mois, les chiffres réalisés par The Why Not Factory parlent d’eux-mêmes :

  • Plus de 125 étudiants entrepreneurs au sein de l’incubateur;
  • Plus de 70 projets dans le processus ;
  • 9 projets incubés ;
  • Près de 30 événements organisés.

 

La formation Entrepreneur-Dirigeant du CFA IGS

 

D’après les chiffres communiqués par l’Insee, au total pour l’année 2017, 591 000 entreprises ont été créées en France, soit 7 % de plus qu’en 2016. Quant aux personnes qui se sont engagées à un moment ou à un autre dans une démarche entrepreneuriale, elles se comptent par millions. L’Insee relate d’autres chiffres pour le moins révélateurs de la tendance qui s’opère depuis quelques années. Ainsi on apprend qu’en 2017, l’âge moyen des créateurs d’entreprises individuelles est de 36 ans, contre 37 ans en 2016 et 38 ans en 2015. La part des moins de 30 ans parmi les créateurs d’entreprises individuelles augmente d’année en année. Elle était de 37 % en 2017, contre 35 % en 2016.

Accessible après un Bac+3 validé, la formation Entrepreneur-Dirigeant, dispensée en apprentissage par le CFA IGS, répond parfaitement à ce processus de rajeunissement de l’entrepreneuriat. En plus de transmettre aux futurs managers et décideurs tous les outils, techniques et connaissances dont ils ont besoin pour la création et le développement d’une entreprise, cette formation initie les apprenants également aux spécificités et transformations dont fait l’objet l’univers entrepreneurial. De quoi les armer de tous les moyens et instruments nécessaires à leur succès dans l’aventure entrepreneuriale.

Le point fort de cette formation consiste dans le fait que les apprentis pourront passer 15 jours en « learning expedition », inclus dans le cursus, dans une destination qu’ils auront l’opportunité de choisir en 1re année de formation.

 

Le Concours Création d’Entreprise Ecoresponsable & Citoyenne

 

Le concours 2C2E a été organisé pour la 1re fois en 2008. Depuis, il récompense chaque année des entrepreneurs engagés, qui intègrent pleinement les valeurs fondatrices du Groupe IGS : « Humanisme, Entrepreneuriat et Professionnalisme » dans leur business model. Ces entrepreneurs bénéficient d’un accompagnement dans leurs démarches, et sont encouragés à développer des réflexes favorables à la réalisation de leurs projets.

Les membres du jury sélectionnent les dossiers finalistes parmi les quatre catégories suivantes : Environnement, Egalité des chances & handicap, Education, Innovation. Pour participer à #2C2E, le Concours de Création d’Entreprise Ecoresponsable & Citoyenne du Groupe IGS, les candidats sont invités à partager une vidéo courte (90 secondes) présentant le nom, la nature, la catégorie référente du projet, ainsi que le ou les noms des créateurs.

Pour Eric Ouaknine, directeur d’activités du CFA IGS, le concours 2C2E a “été créé avec un objectif précis : rompre l’isolement” afin d’éviter l’abandon des projets initiés par les étudiants. “On va s’appuyer sur ce qui est notre ADN depuis des années : c’est l’accompagnement. Et on offre un accompagnement complet via le coaching à tous ces porteurs de projet”.

Découvrez l’accompagnement du CFA IGS dans vos projets d’entrepreneuriats en vidéo :